Adhésion gratuite pour tous les résidents !

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu ServiceMembres

Adhésion gratuite pour tous les résidents !

À compter du 1er janvier 2019, l’adhésion à l’Association médicale du Québec sera gratuite pour tous les résidents. Être membre, c’est soutenir la seule association professionnelle qui donne une voix à l’ensemble de la profession médicale.

Comme pour les étudiants, les résidents pourront bénéficier gratuitement de tous les services de l’AMQ et de l’Association médicale canadienne. L’AMQ est fière d’être présente auprès de ses membres, tout au long de leurs études.

L’AMQ développe aussi des projets exclusifs pour les résidents membres, incluant des événements de formation afin de les aider à mettre en valeur leur leadership.

Pour renouveler une adhésion, connectez-vous à votre espace membre sur www.amq.ca.

 

Revenir en haut de la page

Congrès national Choisir avec soin : le point sur la surutilisation

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu AMQAction

Congrès national Choisir avec soin : le point sur la surutilisation

Le 27 mai prochain, Choisir avec soin et l’Association médicale canadienne organisent en collaboration avec l’Association médicale du Québec son congrès annuel qui se déroulera à Montréal.

Le Congrès national 2019 permettra de faire le point sur la nécessité de réduire la surutilisation des soins. Pour vous inscrire, rendez-vous ici.

Vous avez jusqu’au 31 janvier 2019 pour proposer vos résumés. Ils doivent porter sur l’un des cinq axes de discussion :

  • l’amélioration de la qualité
  • la mesure et l’évaluation
  • la déprescription
  • la formation médicale
  • la mobilisation des patients

Choisir avec soin s’est donné comme mission la réduction des examens et des traitements inutiles en santé. Cette campagne a vu le jour au Canada le 2 avril 2014 et fait partie d’un mouvement mondial qui a pris naissance aux États-Unis en 2012 et qui est maintenant présent dans 20 pays sur 5 continents. Dès ses débuts, l’AMQ a participé à son volet francophone.

Les examens, traitements et interventions inutiles sont ceux que l’on fait sans ajouter de valeur aux soins. Bien qu’ils puissent apporter de l’information ou des confirmations jugées intéressantes, ils peuvent exposer les patients à des risques. Ils peuvent en effet mener à un plus grand nombre de tests pour éliminer des résultats faux positifs et contribuer au stress des patients et de leurs proches. Ils ont aussi un effet néfaste sur l’accès, grugeant inutilement des ressources et du temps.

Choisir avec soin invite les professionnels de la santé à devenir les leaders de la réduction des examens, traitements et interventions inutiles. Elle leur fournit des ressources et des outils simples qui facilitent les choix judicieux. Elle cible également les patients afin de les éduquer et de les informer sur cet enjeu.

Durant l’édition 2019 du Congrès annuel, vous pourrez à titre de participant : 

  • discuter avec la communauté Choisir avec soin et participer à un échange d’idées stimulant sur la surutilisation;
  • acquérir des habiletés pour réduire la surutilisation dans la pratique;
  • partager des stratégies concrètes pour réduire la surutilisation et en mesurer les effets.

 ACTION nationalmeeting graphic fr

 

Revenir en haut de la page

Enjeux post-électoraux

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu MotPresident

Enjeux post-électoraux

Le nouveau gouvernement en place crée bien sûr de nouvelles occasions, mais on ne va pas se le cacher, tous les problèmes ne vont pas non plus disparaître pour autant du jour au lendemain. Nous devons faire face aux mêmes problématiques. La bonne nouvelle, c’est que nous pourrons nous y attaquer avec de nouvelles perceptions et de nouvelles approches.

Le nouveau gouvernement doit améliorer l’accès aux services tout en s’assurant que l’argent public est utilisé de façon pertinente. La bonne nouvelle c’est que les propositions de la CAQ pendant la campagne et la volonté affichée par le nouveau trio en santé, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Mme Danielle McCann, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, M. Lionel Carmant, et la ministre déléguée des Aînés et des Proches aidants, Mme Marguerite Blais, vont dans la bonne direction. Ils veulent s’attaquer en profondeur à plusieurs enjeux primordiaux.

À l’AMQ, nous analysons ces enjeux depuis plusieurs années et nous avons avancé plusieurs solutions ancrées sur le professionnalisme, la lutte au surdiagnostic, l’organisation des soins et l’innovation à mettre de l’avant.

Rapprochement des centres de décision du terrain

À l’AMQ, nous croyons que ce sont les médecins gestionnaires et les gestionnaires des établissements, dans une approche collaborative, qui devraient mettre en place et renforcer les règles de gouvernance clinique sur le terrain. Ils ont la capacité, et surtout l’expertise, pour implanter des mesures efficaces et adaptées à leur milieu.

Pertinence

Depuis 2013, l’AMQ sensibilise médecins, décideurs et patients aux enjeux du surdiagnostic, du surtraitement et de la surmédicalisation. Les examens demandés, les interventions effectuées et les traitements offerts ne sont pas toujours pertinents et cela met en danger la pérennité de notre système public de santé.

Trajectoire des soins au sein d’équipes élargies

À l’AMQ, nous avons analysé dans les dernières années plusieurs modèles de soin que ce soit dans d’autres provinces canadiennes ou aux États-Unis. Pour avoir une prise en charge optimale des patients, il faut rendre plus efficaces leurs trajectoires de soin. Cela demande qu’ils soient pris en charge par des équipes élargies qui ont une responsabilité collective quant à l’accès et aux résultats avec bien sûr un financement adapté. Ces nouvelles façons de faire permettent au patient de voir le bon professionnel au bon endroit et au bon moment en plus de faciliter le travail en équipe.

Soins recentrés sur les patients

Avec le temps, le système de santé est devenu trop centré sur les besoins des professionnels de santé, sur la façon dont ils se partagent le travail et les services aux patients. Il faut donc recentrer les soins sur les besoins des patients avec une approche populationnelle des besoins et une pratique dans laquelle on intègre mieux les décisions partagées.

Financement de la santé

Il faut un financement des services qui permettent de définir les besoins de la population et d’y répondre avec des structures et des équipes adaptées, collectivement imputables. Pour pouvoir vraiment repenser la trajectoire des soins au sein d’équipes élargies, il faut recentrer le financement sur les patients. L’argent doit donc suivre le patient.

Révision des modes de rémunération

Si l’on veut favoriser une vraie interdisciplinarité et permettre aux professionnels de la santé d’être complémentaires, on ne peut faire l’économie d’une révision en profondeur des modes de rémunération des médecins. Et pour le faire bien, il faut changer la façon de voir ce débat. La question n’est pas tant le niveau de la rémunération que le partage de l’enveloppe de rémunération. Et c’est aux médecins de devenir les leaders de ce dossier. 

Innovation

Il y a de nouvelles façons de dispenser les soins comme la téléconsultation et la clinique virtuelle, mais au-delà des nouvelles technologies, l’innovation est une affaire d’organisation et de communication. Si nous voulons améliorer les trajectoires de soins et pouvoir travailler ensemble au sein d‘équipes élargies, il faut aussi adopter de nouveaux outils pour mieux partager l’information entre les soignants et avec les patients.

C’est le moment idéal pour nous de démontrer que les médecins veulent travailler de concert avec les ministres engagés en santé et au Conseil du trésor. Les enjeux prioritaires de notre profession rejoignent ceux du gouvernement et de la population. Nous voulons tous améliorer le système de santé. Vous êtes prêts ? Moi, oui!

Dr Hugo Viens, B. Sc., M.D., FRCSC 
Président de l'Association médicale du Québec

 

Revenir en haut de la page

 

 

 
Charte de modération des commentaires de l’AMQ-Info

L’AMQ est ravie de vous donner la parole et de vous inviter à commenter ses articles. L’idée est de favoriser les échanges de qualité entre les membres. Nous avons choisi une modération a priori des commentaires.
Ainsi, vos messages seront lus avant d'être publiés afin d'assurer à tous un lieu d’échanges convivial.  
Pour que votre commentaire soit publié, nous vous invitons donc à respecter les règles suivantes :

• N'abusez pas des lettres majuscules : commenter en majuscule revient à crier;
• N'écrivez pas de propos à caractère discriminatoire : les propos racistes, sexistes, etc., ne sont évidemment pas tolérés;
• N'écrivez pas de propos à caractère agressif ou violent : vous pouvez ne pas être d’accord avec ce que vous lisez, sans pour autant réagir de façon disproportionnée;
• N’insultez personne : comme médecins, nous sommes tous tenus à faire preuve de collégialité entre nous.

Merci.
Nous vous souhaitons de bonnes discussions

 

Êtes-vous prêt pour vos entrevues du CaRMS?

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu ServiceMembres

Êtes-vous prêt pour vos entrevues du CaRMS ?

Vous êtes étudiant et vous vous préparez pour vos demandes de résidence ? Améliorez vos techniques d’entrevue grâce au programme de préparation exclusif pour le CaRMS de l’Association médicale canadienne en collaboration avec l’Association médicale du Québec. Ce service de simulation d’entrevue est offert gratuitement aux membres actifs.

Lors de ces rencontres, des médecins résidents qui ont déjà vécu le processus d’entrevue vous posent des questions typiques, commentent vos réponses et mènent des discussions en groupe. Ils vous donnent des conseils et des renseignements qui vous aideront à vous préparer en toute confiance.

Ces rencontres auront lieu aux dates suivantes :

  • Université de Sherbrooke – le samedi 8 décembre
  • Université McGill – le dimanche 9 décembre
  • Université Laval – le dimanche 9 décembre

Intéressé ? Voici comment vous inscrire :

  • Veuillez nous faire connaître l’endroit, la date et l’heure qui vous conviennent le mieux.
  • Cliquez ici et connectez-vous à votre compte amc.ca avec votre identifiant de l’AMC : 
    Si vous n’avez pas encore enregistré votre identifiant, allez à amc.ca/inscription pour créer votre nom d’utilisateur et votre mot de passe.
  • Passez en revue vos coordonnées et mettez-les à jour au besoin.
  • Sélectionnez l’endroit et la date qui vous conviennent le mieux.
    *Vous ne pouvez participer qu’une seule fois.
  • Après avoir sélectionné une ville, indiquez vos cinq premiers choix de séances et d’heures en les glissant et déposant dans la zone prévue à cet effet.
  • Soumettez votre demande. Nous confirmerons votre inscription dans les sept jours ouvrables.

Important : Vous ne pouvez soumettre vos choix qu’une seule fois; nous vous invitons donc à bien les vérifier avant de nous les faire parvenir.

Si des conflits d’horaire vous empêchent de participer ou si vous avez des questions, écrivez-nous à adhesionAMC@amc.ca.

Avis : cette offre s’adresse uniquement aux étudiants s’apprêtant à passer à la résidence.

 

Revenir en haut de la page

Introduction à la gestion médicale : Comprendre et assumer son rôle dans l’organisation

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu Formations

Introduction à la gestion médicale : Comprendre et assumer son rôle dans l’organisation

Vous voulez outiller votre équipe pour qu’elle puisse mieux gérer les priorités organisationnelles et comprendre le mécanisme de financement de votre établissement?

Vous aimeriez que les rôles, responsabilités et obligations des différents acteurs de votre organisation soient mieux connus?

Les médecins gestionnaires jouent un rôle stratégique dans l’organisation, mais le plus souvent sans avoir de formation en gestion. Il est pourtant primordial que ces derniers en possèdent les connaissances de base pour mieux s’approprier leur rôle de gestionnaire et s’acquitter plus aisément des responsabilités qui leur sont confiées.

Afin d’accompagner les établissements de santé publics qui souhaitent offrir tous les outils nécessaires à leurs médecins gestionnaires, l’Association médicale du Québec a mis sur pied une formation complète sur les connaissances de base en gestion médicale. Ce programme intitulé Introduction à la gestion médicale : Comprendre et assumer son rôle dans l’organisation aborde, entre autres :

  • les leviers légaux de gestion;
  • les principes budgétaires;
  • le plan stratégique;
  • les étapes à suivre pour concrétiser un projet;
  • la nature des interrelations entre les différentes instances de l’établissement;
  • les conditions gagnantes d’un partenariat médico-administratif efficace.

Cette formation accréditée sera adaptée pour chaque organisation à la réalité de l’établissement dans lequel elle sera donnée.

 

 

Pour en savoir plus, visitez amq.ca/medecins-gestionnaires/offre-de-service.

 

Revenir en haut de la page

La Dre Ak'ingabe Guyon et ses deux millions de patients

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu MembresAction

En partant à la rencontre des médecins dans leur milieu, l’AMQ a pu constater que nombre de ses membres s’investissent dans l’amélioration des soins et services au quotidien. De belles initiatives voient le jour un peu partout. Certaines gagneraient à être implantées ou adaptées ailleurs, mais pour cela encore faut-il savoir qu’elles existent! 

Si vous avez mis en place un projet qui mériterait d’être connu ou si vous connaissez des collègues membres qui l’ont fait, n’hésitez pas à communiquer avec l'AMQ. Cela nous fera plaisir de présenter vos réussites.

La Dre Ak'ingabe Guyon et ses deux millions de patients 

Akingabe Guyon photoMembre de l’AMQ, la Dre Ak'ingabe Guyon s’est vue décernée récemment le Prix de la présidente des Médecins de santé publique du Canada. Une reconnaissance en partie due à son militantisme pour défendre la santé publique. En 2015, elle n’a pas hésité à se rendre jusqu’à l'Assemblée nationale pour manifester son désaccord au sujet des coupures de 33 % effectuées dans les budgets des équipes régionales de santé publique.

Professeure adjointe de clinique à l'École de santé publique de l'Université de Montréal et médecin-conseil à la Direction de santé publique de Montréal où elle travaille depuis 2013, la Dre Guyon ne pouvait accepter que l’on affaiblisse autant les équipes qui sont le cœur de la santé publique. « On n’a pas de grandes machines, de scanneurs ou de médicaments coûteux, nos traitements sont à la mesure des partenariats, des liens, des influences qu’on arrive à faire », explique-t-elle. Si l’on sabre dans ces équipes multidisciplinaires où se côtoient médecin, épidémiologistes, nutritionniste, sociologue, démographes etc., on est moins bien armés pour gagner des batailles qui peuvent se transformer, 10 ou 15 ans plus tard en succès retentissants avec les résultats les plus spectaculaires en termes de santé.

Les travaux des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux États-Unis montrent en effet que sur les 30 années d’espérance de vie gagnées depuis 100 ans, 25 sont dues à la prévention contre seulement cinq pour les soins curatifs! « Des effets assez formidables et gigantesques pour en faire un impératif », dit-elle, que ce soit à titre personnel puisque c’est pour cette raison qu’elle a choisi cette spécialité, mais aussi pour les populations en général puisque cela fait une différence vraiment significative sur la santé des gens. 

Renforcer la capacité du Québec en santé publique

Encore aujourd’hui, la Dre Guyon est persuadée que les coupes de 2015 vont continuer d’avoir des effets négatifs au cours des prochaines années. « On peut comparer cela à une amputation sévère, du tiers du corps. Alors oui, le reste du corps a continué à fonctionner et se répare doucement, mais cela ne peut pas passer inaperçu. » Pour elle, pas de doute, le Québec doit amorcer un rattrapage avec les autres provinces canadiennes pour renforcer sa capacité de santé publique.

Selon le Commissaire à la santé et au bien-être, le Québec finance présentement sa santé publique à 2,8 % alors que la moyenne canadienne serait à 5,5 %. Impossible ainsi d’être le phare que la province a déjà été en santé publique. Et impossible d’être aussi efficaces qu’on le devrait. « On a des pistes d’action, des interventions, connues, probantes qui réduisent réellement la maladie évitable et la mortalité évitable. Mais étant donné les coupes et les désinvestissements depuis 2011, les équipes n’arrivent pas à fournir la dose. La dose étant l’équipe elle-même », explique la Dre Guyon. Bref, on a une assez bonne idée de ce qui peut être fait, doit être fait ou continuer à être fait, mais il est impossible de le faire suffisamment.

Le Québec a déjà été envié par les autres provinces canadiennes en raison de ses capacités en santé publique et de ses interventions considérées comme les plus innovantes au pays. La Dre Guyon se veut cependant optimiste et espère que dans les prochaines années « l’on pourra regagner cela, au bénéfice de tous ». Elle estime que la campagne électorale de l’automne a été très encourageante. « C’est un gouvernement qui a reconnu que la santé publique et le travail en prévention sont gagnants », souligne-t-elle. Et elle a gardé sous la main plusieurs citations de François Legault au cas où le nouveau gouvernement ne tienne pas ces engagements en matière de santé publique.  

Contrer les effets des changements climatiques et les inégalités sociales

Car, évidemment, le besoin de prévention est là pour rester. Le pire serait même à venir avec les changements climatiques et les inégalités sociales qui croient. Deux enjeux qui ont bien sûr des effets néfastes sur la santé puisqu’ils génèrent « de la maladie et de la mortalité qui peuvent être évitées ».

D’où l’importance pour les médecins de continuer à défendre la santé en général et la santé publique en particulier. Pour elle, il est clair que les médecins sont « d’excellents relais de ce qu’ils voient chez leurs patients tous les jours. Les médecins sont des soignants, mais aussi des témoins de choses qu’ils voient pour un plus grand groupe. » Ils peuvent donc témoigner des difficultés qu’ont leurs patients et ils sont bien placés pour expliquer que si certains de leurs patients sont malades, c’est parce que ce qui aurait dû être fait en amont ne l’a pas été. Les médecins doivent donc s’engager pour défendre la santé, non pas de leurs patients individuellement, mais d’un ensemble de patients et faire valoir quand c’est nécessaire ce à quoi leurs patients devraient avoir droit pour améliorer leur santé. La Dre Guyon appelle les médecins à intervenir en ce sens dans les instances démocratiques comme le protecteur du citoyen, le vérificateur général ou des comités d’usagers, et ce, malgré la fatigue et la charge de travail déjà si exigeante dont elle a bien conscience.

Le système de santé doit générer de la santé, pas seulement donner des soins

De son côté, avec deux millions de patients sur l’île de Montréal… la Dre Guyon se trouve en droit d’aller jusque sur la place publique pour défendre la prévention! Comment ? En rappelant à la population qu’elle est en droit de « demander que son système de santé lui livre de la santé ». Livrer des soins pour traiter la maladie est une chose, mais le réseau de la santé en partenariat avec tous ses partenaires de la ville, les organismes communautaires et la société en général devrait aussi être en mesure de « générer de la santé ». Elle juge aussi qu’il est essentiel de rendre visible « les succès incroyables » que l’on peut obtenir quand on agit en prévention, sans oublier « d’honorer le travail de prévention clinique des médecins, des infirmières, des sages-femmes, des inhalothérapeutes, etc ».

La santé publique n’est peut-être pas glamour, mais elle est efficace, et pour qu’elle le soit encore plus il faut que le système de santé aide les professionnels de la santé à livrer de la prévention clinique, « c’est-à-dire du counseling, de l’immunisation, du dépistage et toutes des actions probantes qui génèrent à leur mesure plus de santé. C’est important pour moi de faire écho à ce que mes collègues cliniciens font déjà en prévention clinique et de dire sur la place publique que s’ils veulent le faire davantage il faut que le système de santé puisse les soutenir aussi. »

 
C’est quoi la prévention clinique ?
Selon le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs, la prévention clinique s’articule autour de quatre champs : la vaccination, le dépistage, le counseling et les traitements préventifs, par exemple la chimio prophylaxie ou des traitements prescrits à un partenaire dont le conjoint ou la conjointe a une maladie sexuellement transmissible.
 

 

 

Revenir en haut de la page

 

 

 
Charte de modération des commentaires de l’AMQ-Info

L’AMQ est ravie de vous donner la parole et de vous inviter à commenter ses articles. L’idée est de favoriser les échanges de qualité entre les membres. Nous avons choisi une modération a priori des commentaires.
Ainsi, vos messages seront lus avant d'être publiés afin d'assurer à tous un lieu d’échanges convivial.  
Pour que votre commentaire soit publié, nous vous invitons donc à respecter les règles suivantes :

• N'abusez pas des lettres majuscules : commenter en majuscule revient à crier;
• N'écrivez pas de propos à caractère discriminatoire : les propos racistes, sexistes, etc., ne sont évidemment pas tolérés;
• N'écrivez pas de propos à caractère agressif ou violent : vous pouvez ne pas être d’accord avec ce que vous lisez, sans pour autant réagir de façon disproportionnée;
• N’insultez personne : comme médecins, nous sommes tous tenus à faire preuve de collégialité entre nous.

Merci.
Nous vous souhaitons de bonnes discussions

 

Les messages Twitter et Facebook du mois

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu ReseauxSociaux

L’actualité médicale, le devenir de la profession médicale et les enjeux en santé vous intéressent ? Venez rejoindre notre communauté sur les réseaux sociaux, là où les leaders d’opinion s’expriment ! Nos communautés prennent de l’ampleur. Suivez-nous et échangez avec nous !

twitter @amquebec

facebook www.facebook.com/AMQ.QUEBEC

 

Des messages sur Twitter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des messages sur Facebook

 

 

 

 

 

 

Revenir en haut de la page

Lionel Carmant lance sa stratégie de dépistage précoce chez les tout-petits

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu CollineParlementaire

Lionel Carmant lance sa stratégie de dépistage précoce chez les tout-petits

En entrevue avec une journaliste du quotidien Le Soleil, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, M. Lionel Carmant, a dévoilé la stratégie de dépistage précoce des troubles de développement et d’apprentissage des tout-petits de 0 à 5 ans qu'il avait promise en campagne électorale.

Il compte déployer à la grandeur du Québec une approche qu’il a testée à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal où il était neurologue avant de se faire élire.

Les parents n’auront plus besoin d’obtenir le diagnostic d’un médecin pour obtenir un suivi pour un enfant. Ils devront plutôt répondre à un questionnaire en ligne sur la plate-forme Approche interactive au développement de l’enfant (AIDE) pour savoir si l’enfant présente un retard.  

Les enfants ainsi dépistés seront alors pris en charge en CLSC par des équipes d’intervenants spécialisés en petite enfance. Au terme de l’implantation de ce projet, chaque CISSS ou CIUSSS aura à sa disposition deux équipes de 10 personnes pour effectuer les suivis : deux physiothérapeutes, un ergothérapeute, un psychologue, deux orthophonistes, un psychoéducateur, un nutritionniste, un travailleur social et un coordonnateur. 

En intervenant plus tôt chez les enfants, la CAQ estime que l’on pourra augmenter le taux de diplomation des jeunes Québécois.   

La stratégie qui devrait être lancée dans les premiers mois de 2019 sera implantée d’ici 2020 dans les différentes régions. M. Carmant évalue son coût à 40 millions de dollars par an.   

 

Revenir en haut de la page

L’AMQ à la rencontre des patients

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu AMQAction

L’AMQ à la rencontre des patients

CAAP Image 2À l’invitation du Centre d’Assistance et d’Accompagnement aux Plaintes (CAAP) – Montérégie, le Dr Hugo Viens est allé présenter la vision de l’AMQ sur la responsabilité du système de santé pour mettre le patient au cœur des décisions le 6 novembre dernier.

Devant une centaine de personnes le Dr Viens a rappelé l’importance de la mission de l’AMQ et sa volonté de soutenir les médecins qui s’engagent pour améliorer le système et, par là même, les soins que les patients reçoivent.

« À l’AMQ, nous pensons en effet que les médecins, en plus de leur responsabilité individuelle envers leurs patients, ont une responsabilité collective pour que le système de santé fonctionne mieux et que l’on améliore la santé de la population », a souligné le Dr Viens.

Le président leur a donc parlé de plusieurs solutions concrètes que l’AMQ aide à mettre en place. La réduction du surdiagnostic et de la surmédicalisation notamment a des effets sur l’accessibilité et la qualité des soins que les patients reçoivent. Le Dr Viens a aussi expliqué que si les médecins et les patients peuvent faire leur part en réduisant son ampleur, il y a aussi des facteurs systémiques et culturels au surdiagnostic et au surtraitement.

Médecins et patients ont donc intérêt à connaître des outils comme Choisir avec soin qui permettent de favoriser les décisions partagées éclairées.

« Pour que les soins soient plus pertinents, il faut absolument que l’on en vienne à un système plus centré sur les besoins du patient », a continué le Dr Viens, expliquant pourquoi il est indispensable pour aller dans ce sens de repenser la trajectoire des soins au sein d’équipes élargies. Dans une équipe, tous les professionnels de la santé ont leur rôle à jouer, mais il faut qu’on leur donne les moyens de travailler ensemble. Ça ne sert à rien s’ils font la même chose, mais de façons différentes. Bien sûr, il y a encore beaucoup de travail à faire pour améliorer cela, mais déjà on assiste à un changement de culture dans nos organisations.

Par ailleurs, si l’on veut que les professionnels de la santé travaillent en équipe avec le patient, il faut des structures et un financement des services adaptés. Il faut donc recentrer le financement et les soins sur les patients.  « C’est en agissant sur le système que l’on pourra faire changer les choses, a expliqué le Dr Viens. Et bien sûr, les médecins ont un rôle important à jouer pour cela, par leur leadership. »

Le président a poursuivi en parlant de l’importance de l’innovation rappelant que si l’on veut améliorer la santé des populations, il faut penser autrement et être ouverts à de nouvelles façons de faire, que ce soit en matière d’organisation avec l’accès adapté ou de nouveaux outils comme le carnet de santé, le CRDS et les dossiers médicaux électroniques.

En conclusion, ce dont un patient a besoin, c’est d’un système qui soit adapté pour qu’une équipe puisse le prendre en charge et que les professionnels de la santé qui s’occupent de lui aient les outils dont ils ont besoin afin qu’ils puissent assurer efficacement le suivi de ses soins. Des soins qui sont nécessaires et appropriés à sa situation personnelle et qu’il a lui-même choisis, en discutant avec son médecin et son équipe, lors de décisions partagées. 

 

Revenir en haut de la page

Prolongation de la période d’inscription au Forum régional des membres 2019 de l’AMC

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu Partenaires

Prolongation de la période d’inscription au Forum régional des membres 2019 de l’AMC

Vous voulez participer au Forum régional des membres 2019 de l’AMC qui se déroulera le 28 janvier prochain à Montréal mais vous manquez de temps pour vous inscrire avant la date limite d’inscription le vendredi 23 novembre ? Qu’à cela ne tienne ! Cette date a été reportée au lundi 3 décembre prochain.

Les Forums régionaux des membres visent à mobiliser les membres et à recueillir leurs idées sur la façon de mettre à profit les activités de représentation et les ressources de l’AMC pour stimuler le changement. En 2019, quatre forums se tiendront au Canada, dont un à Montréal.

Ces forums mettront l’accent sur deux dossiers pressants soulevés par les membres :

  • La santé et le bien-être des médecins.
  • L’adaptation des systèmes de santé et des stratégies en matière de ressources humaines en fonction de l’évolution des effectifs médicaux.

Afin d’encourager une grande participation sur une base équitable dans chacune des régions, l’AMC assumera les frais de déplacement de ses membres participants.

Hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth, le lundi 28 janvier 2019

De 8 h à 16 h 30

Pour en savoir plus ou pour vous inscrire, cliquez ici.

 

Revenir en haut de la page

Recherche de médecins pour des ateliers sur la prise de médicaments potentiellement inappropriés

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu Partenaires

Recherche de médecins pour des ateliers sur la prise de médicaments potentiellement inappropriés

L’Unité soutien de la stratégie de recherche axée sur le patient du Québec est à la recherche de médecins de première ligne qui accepteraient de participer à un atelier visant à sensibiliser la population à la problématique des médicaments potentiellement inappropriés (tels que définis par les critères de Beers). Il s’agit de vérifier l’impact d’ateliers portant sur une question de santé présentés dans des bibliothèques publiques.  

Cet atelier sera donné plusieurs fois à Québec et à Montréal en avril et/ou mai 2019. Après une rencontre préparatoire, les médecins qui accepteront de participer à cette expérience seront invités à échanger pendant 45 minutes avec l’animatrice, puis pendant au plus 45 minutes avec le public. Ils disposeront de documents fournis par l’équipe de recherche et une compensation pour leur participation est prévue.

Dans une première édition menée en 2016 portant sur l’usage de l’antibiothérapie pour les infections des voies respiratoires aiguës, le projet Bibliothèque avait permis de démontrer que ce modèle de dissémination des connaissances est très prometteur. Selon l’étude réalisée alors, 94,4 % des personnes ayant assisté à un atelier ont trouvé l’expérience pertinente et intéressante et 98,9 % ont trouvé que l’information présentée était claire!

Le Projet Bibliothèque 2 est mené par l’Unité soutien de la stratégie de recherche axée sur le patient du Québec, en collaboration avec la Chaire de recherche du Canada en décision partagée et application des connaissances, le Centre d’excellence Déclic sur le dialogue entre les scientifiques et le public fondé par la journaliste Valérie Borde, et les Bibliothèques de Montréal et de Québec.

Vous trouverez plus d’information sur ce projet ici et pour proposer vos services, merci d’écrire à José Massougbodji à cette adresse composante.ciussscn@ssss.gouv.qc.ca

 

Revenir en haut de la page

Recrutement à la présidence du conseil d’administration de l’AMC

Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu Partenaires

Recrutement à la présidence du conseil d’administration de l’AMC

L’Association médicale canadienne est à la recherche d’une nouvelle personne appartenant au corps médical pour assurer la présidence de son Conseil d’administration. Il s’agit d’une possibilité de gouvernance unique pour les membres de l’AMC qui souhaitent collaborer avec une équipe exceptionnelle et un conseil national d’administration durant une période de transformation et de croissance stimulante sans précédent.

Vous voulez en savoir plus ? Consultez l’avis de recrutement.

 

Revenir en haut de la page