Banniere AMQInfo page web JUIN2018

Bandeau pageContenu CollineParlementaire

Élections québécoises 2018

En cette période pré-électorale, l’AMQ surveille de près les engagements que formulent les différents partis politiques en matière de santé et de services sociaux. Voici le survol des deux premières plateformes rendues publiques.

Survol des orientations en santé de la Coalition Avenir Québec

En mai dernier, la Coalition Avenir Québec (CAQ) a dévoilé sa plateforme en matière de santé qui contient près d’une trentaine de mesures regroupées au sein de quatre grandes orientations : l’accès aux soins, la rémunération des médecins, la gouvernance du réseau et la prévention. Évidemment, plusieurs de ces idées concernent directement la communauté médicale. En voici quelques-unes…

Rémunération des médecins

La CAQ souhaite reprendre le contrôle de la rémunération des médecins, notamment en révisant les modes de rémunération des médecins de famille et en renégociant l’entente signée cette année entre les médecins spécialistes et le gouvernement du Québec. Cette négociation s’effectuerait sur la base des conclusions de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) en fonction du coût de la vie et de l’écart de richesse entre le Québec et le reste du Canada.

À ces mesures s’ajoutent également la révision de la tarification de certains actes médicaux, l’abolition des « primes cachées » et le resserrement des règles d’incorporation en interdisant le fractionnement des revenus avec des proches et l’incorporation pour les médecins travaillant à temps plein dans un établissement public.

Surdiagnostic

Le surdiagnostic et la surmédicamentation sont des concepts distincts, mais étroitement liés, auxquels la CAQ veut s’attaquer si elle forme le prochain gouvernement. Selon le parti, c’est l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) qui devrait obtenir le mandat de sensibiliser les médecins à la surconsommation de médicaments et mettre en place des mesures pour réduire la surmédicamentation et le surdiagnostic. 

Organisation des services de première ligne

Une des mesures de la plateforme de la CAQ ayant le plus attiré l’attention des médias promet à la population de voir un médecin à l’urgence en moins de 90 minutes en moyenne. La CAQ arrime cette idée à celle de réorganiser le travail dans les urgences en mettant en place un nouveau corridor de services dans lequel les professionnels de la santé redirigeraient les patients vers des cliniques externes ou des CLSC après le triage à l’urgence. Toujours dans l’optique d’améliorer l’accès aux soins, la CAQ aspire également à ce que d’ici deux ans, 75 % des médecins offrent l’accès adapté.

Pour plus d’information concernant la plateforme en matière de santé de la Coalition Avenir Québec, rendez-vous au www.coalitionavenirquebec.org.  

Revenir en haut de la page