Banniere AMQInfo page web JUIN2018

Bandeau pageContenu AMQAction

Élection provinciale : le collectif 15 solutions présente ses exigences aux partis politiques  

À quelque mois des élections, le 19 juin dernier, l’Association médicale du Québec (AMQ), l’Alliance des patients pour la santé (APS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux (ACSSSS) ont exigé des partis politiques qu’ils prennent des engagements fermes en matière de santé.  

Le Collectif a demandé aux partis politiques d’inclure des actions prioritaires faisant consensus dans leur plateforme électorale et de s’engager, s’ils forment le prochain gouvernement, à assurer leur mise en œuvre au cours des deux premières années du mandat.

Cet été, le Collectif entend rencontrer les chefs des quatre principales formations politiques québécoises afin de leur présenter des actions prioritaires. Il produira également un « bulletin de notes » de chacune d’entre elles en fonction des actions qui auront été intégrées dans les plateformes électorales.

Le Collectif entend bien sûr soutenir le gouvernement qui sera élu dans la mise en place des actions prioritaires. Ce dernier pourra donc agir en santé dès son élection et en commençant le travail en collaboration avec les principaux acteurs du réseau : patients, médecins, intervenants du réseau et gestionnaires. Du jamais vu!

ACSSSS logo APS logo    AMQ en action    CSN logo

Les actions prioritaires

1)     Organisation des services de 1ère ligne

  • Élargir les champs de pratique des différents professionnels de la santé et mieux définir les interrelations pour renforcer le travail interdisciplinaire.
  • Maintenir les CLSC et renforcer leur rôle notamment pour la coordination et la prestation des soins et services à domicile aux aînés et aux personnes vulnérables, ce qui implique l’octroi des ressources humaines et financières nécessaires à leur mission.
  • Élaborer une véritable Politique des proches aidants afin de reconnaître leur apport essentiel à la prestation des soins et services.

2)     La prévention: agir sur les déterminants de la santé

  • Dédier 5 % des dépenses de programmes de santé et des services sociaux à la santé publique, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Association pour la santé publique du Québec.
  • Créer des plateformes, des « hubs », sur le territoire de chaque CISSS / CIUSSS, dotés d’un budget suffisant pour soutenir des initiatives locales, initiées, proposées et portées par le milieu et visant la prévention et la promotion de la santé.

3)     Les différents modes de financement et de rémunération

  • Améliorer la collecte, la circulation et le partage des données anonymisées et identifier les indicateurs reconnus qui permettront l’évaluation de la performance du réseau, notamment en matière de pertinence, de coûts et d’efficience.
  • Faire une plus grande place dans le système de rémunération des médecins aux modèles alternatifs favorisant le travail interdisciplinaire, à l’instar d’autres provinces canadiennes, et en s’appuyant sur les conclusions des recherches déjà effectuées par le Commissaire à la santé et au bien-être.
  • Moderniser le financement des établissements du réseau pour l’établir non plus uniquement sur une base historique, mais également en fonction des services rendus et des impacts positifs sur la santé et le bien-être de la population locale.

4)     La gouvernance

  • Effectuer des modifications législatives afin de rendre aux instances des établissements du réseau de la santé et des services sociaux une réelle autonomie et ainsi favoriser la décentralisation.
  • Obliger les établissements à tenir des consultations auprès des parties prenantes, incluant obligatoirement les patients, les usagers et les intervenants du réseau, pour s’assurer d’un meilleur arrimage entre l’offre de service et les besoins.
  • Mettre en place un Comité national de patients.
  • Créer un Conseil national des associations de patients et d’usagers, consultatif au ministre de la Santé et des Services sociaux.

5)     La relève

  • Favoriser la reconnaissance des diplômes et de l’expérience acquise à l’étranger.
  • Déployer des activités de pairage, de codéveloppement, de coaching et de mentorat par les pairs pour accroître la rétention du personnel et faciliter l’intégration.
  • Améliorer l’organisation et les conditions de travail et de pratique afin d’éliminer la précarité, d’éviter la surcharge et d’assurer un milieu de travail sain.
  • Mener des campagnes publiques afin de valoriser l’apport, le rôle et le travail des professionnels et des intervenants du réseau de la santé et des services sociaux.

Pour en apprendre plus sur le Collectif, visitez 15solutions.org.

Revenir en haut de la page