Engageons le dialogue

Hugo viensPour un médecin, prendre soin de son patient est une évidence dès sa formation. Après une dizaine d’années sur le terrain à titre de clinicien et de gestionnaire, je me suis cependant rendu compte que je peux apporter plus à ma profession. Mon expérience et ma compréhension des processus me permettent d’influencer positivement mon milieu. Et quand je travaille en amont pour améliorer ce qui génère des frustrations dans ma pratique ou ce sur quoi je n’ai aucun contrôle comme clinicien, mes patients en bénéficient.

Je croise régulièrement des collègues qui, comme moi il y a encore quelque temps, trouvent difficile, sans trop comprendre pourquoi, de devoir accepter le statu quo dans le système de santé. De mon côté, plutôt que de composer avec la situation et d’essayer de m’y adapter, j’ai réalisé qu’il était beaucoup plus agréable de m’investir à trouver des solutions aux problématiques qui me créaient des frustrations. Avec l’AMQ, j’ai en effet découvert le levier qui me permet d’agir. L’association me donne, par ses prises de position et les moyens d’action concrets qu’elle propose, le moyen de contribuer à la diffusion de pratiques professionnelles et organisationnelles innovantes. En 2013, c’était de la musique à mes oreilles… Quatre ans plus tard, je crois plus que jamais que nous devons travailler ensemble pour faire avancer le professionnalisme.

C’est en effet une clé à utiliser pour améliorer le système de santé. Être professionnels nous ramène aux compétences que nous avons acquises lors de notre formation médicale, mais aussi à notre engagement collectif envers la société. Si les médecins ne participent pas à la gestion des établissements ainsi qu’à la définition des besoins cliniques de la population et des services de santé nécessaires, d’autres s’en chargeront et pas forcément pour le mieux de nos patients. 

Ensemble, nous pouvons déterminer comment agir dans nos milieux pour améliorer l’organisation du système de santé, recentrer nos soins sur les besoins de nos patients et retrouver le plaisir de faire de la médecine pertinente et efficace. 

Il faut maintenant passer à l’action. L’AMQ a besoin de vous. Pour aller à votre rencontre, écouter ce que vous avez à dire sur ce que vous vivez dans vos milieux et tenter de donner le jour à des solutions concrètes, l’AMQ organise une Tournée sur le professionnalisme. Déjà plus d’une vingtaine de sessions sont planifiées dans plusieurs régions du Québec. Certaines de ces rencontres ont déjà eu lieu, d’autres se produiront dans les semaines et les mois à venir. L’idée est de présenter au printemps un rapport avec les résultats qui seront ressortis de cette consultation.

À titre de président de l’AMQ, j’anime certaines de ces sessions. Mes collègues du conseil d’administration le font également. Nous voulons engager un dialogue constructif avec vous. Lors de nos rencontres, dans un premier temps, nous revenons sur la réflexion profonde à propos du professionnalisme que l’AMQ a engagée à partir de 2013. Par la suite, nous discutons de pistes de solution à mettre en place. 

Comment avez-vous envie d’exercer votre professionnalisme médical au quotidien? 

Quel leadership les médecins devraient-ils développer?  

De quelle façon pouvez-vous promouvoir la gouvernance clinique dans le système de santé?

À quelle redéfinition de son organisation la profession médicale devrait-elle en venir?

J’ai hâte d’entendre vos positions et de débattre avec vous. J’espère que vous serez très nombreux à vous joindre à nous lors de nos prochaines sessions pour cet exercice de réflexion stimulant sur l’avenir de notre profession.

Le président,


Dr Hugo Viens, B. Sc., M. D., FRCSC