Amiante - La communauté médicale enfin entendue

Montréal, le 19 septembre 2012 - L’Association médicale du Québec (AMQ) applaudit la décision prise par le gouvernement du Canada de ne plus s’opposer à l’inclusion de l’amiante chrysotile dans la liste des substances dangereuses à l'annexe III de la Convention de Rotterdam. Cette décision, hautement significative, atteste de la dangerosité de l’amiante sous toutes ses formes.

Depuis 1945, la communauté médicale recense et identifie des pathologies liées à l’amiante. La position de l’AMQ sur l’utilisation de l’amiante demeure sans équivoque : l’amiante chrysotile est un cancérigène et il cause l’amiantose. Continuer à exploiter des mines d’amiante, et à exporter ce produit sont des gestes inacceptables au plan médical.

Selon l’Institut national de santé publique, même contrôlée, l’utilisation sécuritaire de l’amiante est en pratique non réalisable. Il importe donc, pour la santé des travailleurs de l’amiante, comme pour celle de la population du monde entier, de tendre vers le bannissement de l’exploitation que l’exportation de cette substance.

L’Association médicale du Québec enjoint maintenant le Gouvernement formé par le Parti Québécois de maintenir sa position d’annuler le prêt de 58 millions consenti à la mine Jeffrey par son prédécesseur et d’investir plutôt cette somme dans des activités économiques qui ne généreront pas de problèmes de santé à long terme.  

- 30 -

À propos de l’AMQ

L'AMQ regroupe près de 10 000 omnipraticiens, spécialistes, résidents et étudiants en médecine. Sa mission est de rassembler l’ensemble des membres de la profession médicale du Québec, dans un contexte de réflexion et d’action, afin d’améliorer les conditions de pratique de la médecine et la santé de la population québécoise.

Pour renseignements :

Myriam Labelle
Conseillère en communication
Association médicale du Québec
Téléphone : 514-866-0660
Numéro sans frais : 1-800-363-3932
Courriel : myriam.labelle@amq.ca