Banniere AMQInfo page web Octobre2018

Bandeau pageContenu AMQAction

Salma Rehimini : présidente du Comité étudiant de l’AMQ

ACTION SalmaÉtudiante en 2e année à la faculté de médecine de l’université McGill et nouvelle présidente du Comité étudiant de l’Association médicale du Québec, Salma Rehimini s’est rendu compte très jeune qu’elle voulait soigner les autres. « Je préférais mes petits jouets de médecin à mes poupées, fait-elle remarquer, et j’aimais être celle qui prenait soin de ma grand-mère ou de ma mère quand elles étaient malades. »

Au fil des années cette volonté s’est cristallisée, car pour elle tout part de la santé. « C’est la chose la plus importante pour un être humain. Sans elle, on ne peut rien faire. Et c’est pourquoi je l’ai toujours priorisée et valorisée », souligne-t-elle. C’est d’ailleurs devenu le moteur de sa motivation que ce soit à l’école ou dans ses projets de tous les jours. Et des projets, l’étudiante n’en a jamais manqué.

Un leadership reconnu

Au cégep, elle s’est engagée auprès de jeunes filles de sa communauté afin de les aider à « trouver leur place dans la société comme femme ». Elle a également participé à la création d’un organisme, Exporte Supporte, qui amasse des articles scolaires pour les redistribuer à des enfants démunis. Ses bons résultats scolaires et ses nombreux engagements lui ont valu d’être en lice pour obtenir une Bourse Loran. Coparrainée par 25 universités canadiennes, cette bourse est remise chaque année à une trentaine d’étudiants considérés comme des leaders potentiels de demain. Les bénéficiaires qui reçoivent 100 000 $ répartis sur une période de quatre ans sont jumelés avec un mentor pendant leurs études et peuvent participer à différents stages d’été formateurs. L’argent est bienvenu, c’est sûr, explique Mme Rehimini, mais ce sont surtout les rencontres, y compris pendant le processus de sélection, avec d’autres étudiants leaders de toutes provinces du Canada et de nombreuses personnalités de tous les milieux qui sont pour elle « extrêmement précieuses ».

S’y mettre un projet à la fois

Repérée très jeune comme une leader Mme Rehimini estime cependant qu’il n’y a pas un leadership au féminin. « C’est une notion universelle qui n’a pas à appartenir à un genre ou un autre, une personne ou une autre. » Et si tout le monde n’a pas besoin de devenir un leader, ceux qui le veulent le peuvent tous. Il suffit juste « d’être une personne travaillante et qui veut s’y mettre ou s’engager pour mener une équipe vers un objectif commun ».

Venant d’une famille très politisée et elle-même intéressée par la politique, Mme Rehimini s’est rapidement tournée vers l’AMQ quand elle a commencé ses études de médecine. Dans le cadre d’une entrevue, l’AMQ lui a posé plusieurs questions sur son engagement dans le Comité étudiant.

AMQ-INFO : Pourquoi vous êtes-vous engagée dans le Comité étudiant de l’AMQ?

Salma Rehimini : C’est très rare de pouvoir développer son côté politique. Or, l’AMQ est une association qui met l’emphase sur le professionnalisme et sur l’éducation médico-politique des jeunes étudiants en médecine. Quand je suis arrivée en médecine, le comité étudiant nous a dit à quel point cette organisation valorise ces aspects, et à quel point c’est important pour les étudiants en médecine de s’y connaître en politique parce qu’en tant que médecin on est aussi des leaders et que l’on va devoir aussi être des « advocates » comme on dit en anglais, des défendeurs de notre profession.

AMQ-INFO : Cela vous parle?

Je suis en amour avec cette philosophie, parce que c’est vraiment ce que je pense et quand j’ai vu qu’il y avait une organisation qui travaillait sur cette philosophie et sur ces valeurs, j’ai été séduite et j’ai tout de suite voulu rejoindre l’équipe. J’ai été membre active l’année dernière et cette année je voulais encore plus donner de profondeur à mon engagement et j’ai postulé comme candidate au poste de présidente.

AMQ-INFO : Que voulez-vous apporter?

Le Comité des étudiants de l’AMQ a de belles valeurs et de bons objectifs. Mais cela ne fait pas longtemps que nous existons et, ces dernières années, le Comité a vécu plusieurs transformations majeures dans son administration interne, dans ses projets et sa façon de procéder. Donc nous sommes encore en train de nous demander quel rythme adopter, quelles activités garder, lesquelles ajouter, etc.  Dans mon mandat cette année, je voudrais stabiliser le Comité et mettre en place une certaine routine autour d’un canevas. Je veux donc construire une base solide. D’année en année, nous sommes de plus en plus connus, nous avons une plus grande portée et c’est agréable à voir, mais pour assurer cette progression il faut des bases solides. C’est donc ce que je vais essayer de construire cette année, des bases solides, pour pouvoir continuer notre belle expansion, je dirais exponentielle.

AMQ-INFO : Quels sont les projets qui vous tiennent le plus à cœur?

Nous appuyons des initiatives étudiantes. Chaque année nous donnons plus de financement pour ces projets et nous en sommes très contents, car cela montre à nos collègues que nous les appuyons et que nous soutenons leur leadership, qui n’est autrement malheureusement pas suffisamment exploité dans notre curriculum. J’aime ce projet parce qu’on donne aux étudiants un endroit où ils peuvent exprimer leur leadership, on leur offre un environnement favorable pour mener de l’avant leurs initiatives.

AMQ-INFO : Où espérez-vous voir la profession médicale dans cinq ans?

J’espère qu’on va vraiment améliorer le contrat social qu’on a avec nos patients. C’est très, très décevant de voir qu’aujourd’hui les patients ne nous font pas autant confiance qu’avant ou qu’ils ont l’impression que nous ne faisons pas preuve d’autant de compassion qu’auparavant ou même que notre expertise n’est plus aussi bonne qu’avant. C’est vraiment décevant parce que la relation patient-médecin est au cœur de la médecine. Voir que l’on a échoué à ce niveau-là, c’est pour moi un échec complet. Et ce que j’espère par-dessous tout c’est que l’on va réussir à rétablir ce lien de confiance avec le patient.

AMQ-INFO : En quoi est-ce important?

Le lien de confiance est au cœur de notre travail, c’est la base. C’est pour ça personnellement que j’ai choisi la médecine, pour la relation avec le patient, pour parler avec des patients, pour les aider. Mais comment vais-je pouvoir leur apporter une aide s’ils ne me font pas confiance? J’espère donc vraiment que nous allons pouvoir renouer avec cette confiance à travers toutes nos implications, notre volonté de mieux se conscientiser en tant que futurs médecins sur ce que les patients vivent et sur les besoins de la médecine actuelle. Nous devons aussi continuer à chercher d’autres solutions, car même si on trouve des solutions actuellement, je suis sûre qu’il y en a plein d’autres. Et j’espère juste que nous allons continuer de travailler sur ce volet, parce que c’est vraiment central à notre profession. On ne peut pas se considérer médecin ou un bon médecin sans cela.

 

 

Revenir en haut de la page

 

 

 
Charte de modération des commentaires de l’AMQ-Info

L’AMQ est ravie de vous donner la parole et de vous inviter à commenter ses articles. L’idée est de favoriser les échanges de qualité entre les membres. Nous avons choisi une modération a priori des commentaires.
Ainsi, vos messages seront lus avant d'être publiés afin d'assurer à tous un lieu d’échanges convivial.  
Pour que votre commentaire soit publié, nous vous invitons donc à respecter les règles suivantes :

• N'abusez pas des lettres majuscules : commenter en majuscule revient à crier;
• N'écrivez pas de propos à caractère discriminatoire : les propos racistes, sexistes, etc., ne sont évidemment pas tolérés;
• N'écrivez pas de propos à caractère agressif ou violent : vous pouvez ne pas être d’accord avec ce que vous lisez, sans pour autant réagir de façon disproportionnée;
• N’insultez personne : comme médecins, nous sommes tous tenus à faire preuve de collégialité entre nous.

Merci.
Nous vous souhaitons de bonnes discussions

 

Ajouter un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir