Bandeau AMQInfo pageweb nov2018

Bandeau pageContenu Sondage FR

De nombreuses réactions au sondage sur les facteurs d’épuisement professionnel

 

 

Le mois dernier, l’AMQ-info voulait en savoir plus sur votre perception de l’épuisement professionnel des médecins. Un article récent publié dans The Medical Post mentionnait en effet que les médecins canadiens considéraient les tâches administratives comme l’une des causes principales de l’épuisement professionnel.

L’AMQ voulait savoir s’il en allait de même au Québec. Et de fait, vous êtes nombreux, selon vos réponses au sondage, à estimer que c’est un facteur important, moins cependant que le manque de contrôle sur votre charge de travail ou les réformes continuelles dans le système de santé.

Ce sondage a aussi été l’occasion pour plusieurs d’entre vous de déplorer le Dr Bashing qui fait rage dans les médias depuis quelques années. Vous êtes plusieurs à regretter « la médisance envers les médecins », « le mépris de la part du gouvernement, de la population et même de nos collègues médecins » ou encore « la publicité négative sur les médecins de famille dans les médias », « la médisance » et « le dénigrement » que ce soit du travail accompli ou de la profession.

À l’abandon

Vous vous sentez aussi souvent solitaires et isolés, abandonnés et mal représentés que ce soit par le gouvernement ou vos syndicats.

« Le système de santé est un gros bateau qui coule lentement. Malheureusement, nos décideurs ne semblent pas s’en rendre compte... et constater ça, c’est épuisant... »

« Le manque de vision et de leadership dans des réformes sans direction qui désorganisent le travail. »

« Constant devaluation from the MSSS via the media (eg doctors lazy, unilateral contract negotiation threats), FMOQ and FMSQ seem incompetent to stand up for and represent us. »

« Utilisation de demi-vérités, manipulation de statistiques pour cacher les problèmes du système, dénigrement par le ministère des médecins de famille et un syndicat qui semble accepter le dénigrement de ses membres sur la place publique. »

« À refaire jamais je ne retournerais en médecine de famille... »

« Savoir que la relève est à nouveau compromise... décourageant... »

Des milieux toxiques

Par ailleurs, vous décrivez des conditions de travail clairement délétères avec toujours plus de délais pour obtenir des consultations ou des examens, l’impossibilité de recevoir ou de transférer des renseignements sur les patients d’un établissement à un autre, des difficultés de communication avec vos collègues, le manque de ressources, d’informatisation et de personnel, un dossier électronique qui ralentit votre travail, des heures d’ouverture prolongées, des PREM qui ne sont pas en adéquation avec les modes de pratique des médecins ou les besoins de la population, etc.

Financement de la santé à revoir

Et vous n’en pouvez plus que l’on attende des médecins d’être en première ligne pour tout puisque « les thérapies non pharmacologiques: psychologues, physiothérapeutes, ergothérapeutes, nutritionnistes ne sont pas remboursées » et qu’il y a une « non-adéquation entre les ressources fournies par le système de santé et les besoins des patients et des autres joueurs en santé comme les assurances et même les employeurs ».

Sans parler des attentes « irréalistes envers les médecins qui devraient être engagés dans tous les comités, mais très disponibles pour voir leurs patients en tout temps et en se maintenant à la fine pointe des connaissances, efficaces et faisant du débit tout en prenant le temps d’expliquer et d’être empathique ».

Enfin, vous réclamez des changements en matière de rémunération.

« Toutes ces histoires depuis les deux dernières années avec l'incorporation avec Trudeau et avec le salaire des médecins avec le Québec m'ont démoralisée comme jeune médecin. »

“The whole financial arrangement that has Drs spending endless hours on billing and focusing on their financial returns rather than on patient care. »

Des constatations crève-cœur, que nous vous remercions d’avoir partagées avec nous et auxquelles nous voulions que vos collègues aient également accès. Merci à vous d’être de plus en plus nombreux à répondre à nos sondages et à communiquer avec nous que ce soit via l’AMQ-info ou la revue de presse hebdomadaire. Vos réactions et vos commentaires alimentent les réflexions et les travaux de votre association.

 

Revenir en haut de la page