1er Symposium québécois sur le surdiagnostic et lancement de la campagne Choisir avec soin

Surdiagnostic : l’Association médicale du Québec
poursuit son action sur cet enjeu majeur du système de santé 

Montréal, le 2 avril 2014 -  L’Association médicale du Québec (AMQ) tient aujourd’hui, à Montréal, le 1er Symposium québécois sur le surdiagnostic auquel participent des médecins de tous les milieux cliniques ainsi que des représentants d’associations médicales et professionnelles, du Collège des médecins du Québec et d’autres ordres professionnels, d’agences régionales et des groupes de défense des patients. Puis, à 16 h 30, l’AMQ lancera Choisir avec soin, campagne de sensibilisation des médecins et des patients au phénomène du surdiagnostic. Choisir avec soin est le volet francophone de la campagne pancanadienne Choosing Wisely® Canada organisée par l’Université de Toronto, en partenariat avec l’Association médicale canadienne.

Cette séance de travail s’inscrit dans une démarche amorcée par l’AMQ en avril 2013 au sujet de l’optimisation de la pratique clinique avec la publication d’un document de réflexion et suivie d’une délégation québécoise pilotée par l’AMQ à la conférence Preventing Overdiagnosis, au New Hampshire, en septembre dernier.

 

1er Symposium québécois sur le surdiagnostic

Les discussions qui ont lieu aujourd’hui dans le cadre de ce 1er Symposium permettront aux participants provenant du réseau de la  santé et des regroupements d’usagers d’établir les bases d’un plan d’action afin de faire face à ce phénomène du surdiagnostic.

Lors de l’allocution d’ouverture, Dre Iona Heath, une des figures de proue du mouvement international traitant du surdiagnostic et de la surmédicalisation, a mis la table pour les discussions. Dre Heath a traité de l’émergence du surdiagnostic, des effets sur le plan social, financier et éthique ainsi que du leadership que la profession médicale doit exercer pour contrer ce phénomène.

Les travaux reprendront en après-midi, à la suite de l’allocution de Dr Anthony B. Miller, professeur émérite à l'École Dalla Lana de santé publique, Université de Toronto. Sa conférence portera principalement sur le dépistage du cancer, en particulier le cancer du sein, de la prostate et du poumon. Dr Miller est médecin épidémiologiste, consultant auprès de la Division de la prévention du cancer, Institut national du cancer des États-Unis et de l'Organisation mondiale de la Santé.


Choisir avec soin

Prolongement logique de cette sensibilisation au surdiagnostic, la campagne Choisir avec soin vise à aider les médecins et les patients à engager un dialogue au sujet des examens, des traitements et des procédures qui ne sont pas nécessaires en plus de soutenir les médecins de manière à ce qu’ils aident leurs patients à faire des choix judicieux et efficaces en vue d’assurer des soins de qualité.

Quelque 30 associations de médecins spécialistes qui participent à cette campagne ont élaboré une liste des cinq actions qui devraient être remises en question. Une première vague de 40 actions s’adressant aux médecins sont rendues publiques aujourd’hui. Neuf d’entre elles sont aussi destinées aux patients. Ces recommandations peuvent être consultées sur le site Web de Choisir avec soin (www.choisiravecsoin.org). De plus, l’AMQ s’est jointe au site Web Protégez-Vous.ca  à titre de partenaire de contenu dans le but d’augmenter l’accessibilité de cette campagne auprès du grand public. Les citoyens peuvent avoir accès aux fiches d’information dans la section « Partenaires » du site Web de Protégez-Vous (www.protegez-vous.ca/partenaires), organisme sans but lucratif indépendant entièrement dédié à l’information et à l’éducation des consommateurs québécois depuis 40 ans.

« Le dicton " Plus, c’est mieux " n’est pas toujours vrai. Certains examens ou traitements et certaines procédures ne sont pas nécessaires et n’ajoutent aucune valeur aux soins, a déclaré Dr Laurent Marcoux, président de l’Association médicale du Québec. En fait, ils réduisent la qualité des soins, car ils exposent les patients à des préjudices potentiels, menant à un plus grand nombre de tests pour éliminer des faux positifs, contribuant au stress et occasionnant des coûts évitables pour les patients.  

« De plus, les examens, traitements et procédures inutiles mettent une pression accrue sur les ressources de notre système de soins de santé. En éliminant le surdiagnostic et le surtraitement à tous les niveaux dans le système de la santé nous pourrions ainsi libérer des ressources humaines et économiques afin d’offrir des soins de meilleure qualité et un plus grand accès à ces soins. »

 

À propos de l’Association médicale du Québec

L'Association médicale du Québec regroupe près de 10 000 omnipraticiens, spécialistes, résidents et étudiants en médecine. Sa mission est de rassembler l’ensemble de la profession médicale du Québec dans un contexte de réflexion et d’action au bénéfice de la santé de la population.

 

-30-

 

Renseignements : 

Vanessa Roland
TACT Intelligence Conseil
Tél. : 514 667-0196, poste 405
Cell. : 514 966-8963
Courriel : vroland@tactconseil.ca