Plus de cinq milliards mal dépensés dans le système de santé

L'Association médicale du Québec veut mobiliser et agir pour optimiser les soins de santé

MONTRÉAL, le 8 avril 2013 - Le surdiagnostic, le surtraitement, les lacunes dans la coordination des soins, les infections nosocomiales, les erreurs de médication, les incidents évitables et les réadmissions à tous les niveaux dans le réseau de la santé représentent environ 5 milliards de dollars qui pourraient être investis dans des activités plus utiles et pertinentes pour les patients, estime l'Association médicale du Québec (AMQ).

Les études démontrent que les sources d'utilisation inappropriée représentent au moins 20 % de toutes les dépenses en santé aux États-Unis. Malgré les différences entre les systèmes québécois et américain, on peut penser que la situation est semblable au Québec, selon un document de réflexion que l'AMQ rend public aujourd'hui. La situation mine notre réseau et l'heure est venue de s'y attaquer.

« Le contexte économique et financier actuel fait en sorte que le gouvernement investit des sommes toujours plus grandes dans le système de santé, mais selon différents indicateurs, la population n'en a pas pour son argent », déplore la Dre Ruth Élaine Vander Stelt, présidente de l'AMQ. « En travaillant mieux ensemble, nous pourrons nous concentrer sur les activités utiles et pertinentes pour la population. L'AMQ veut faire partie de la solution afin d'optimiser la qualité des soins et l'efficacité dans le réseau québécois. Notre mission, c'est notamment de travailler à l'amélioration constante de la qualité des services de santé et notre étude s'inscrit dans cette réflexion continue ».

« Tous peuvent contribuer. L'optimisation du système de santé québécois est la responsabilité de toute la profession médicale, des intervenants du réseau, des gestionnaires, du gouvernement et des patients. Chacun doit mettre la main à la pâte », insiste la Dre Vander Stelt. « Les médecins sont au coeur de la solution. Ils ont la capacité et la responsabilité de prendre les devants de façon déterminante pour transformer les soins de santé au Québec. »

S'inspirant d'initiatives comme «Choosing Wisely» aux États-Unis, l'AMQ mettra sur pied un groupe de travail qui coordonnera les démarches visant à identifier les utilisations inappropriées de ressources dans le système de santé. Ce groupe proposera ensuite des stratégies d'intervention en vue d'optimiser les gestes médicaux dans cinq spécialités ou secteurs d'activités qui feraient l'objet d'une analyse particulière et pour lesquels on peut s'attendre à obtenir des résultats à court terme.

D'ailleurs, le Dr Tom Noseworthy, un médecin gestionnaire à la tête de plusieurs initiatives similaires en Alberta, sera à Montréal le 19 avril prochain dans le cadre du congrès annuel de l'AMQ. Il expliquera comment l'Alberta a amorcé un plan d'action visant l'utilisation optimale des ressources en santé.

À propos de l'AMQ

L'AMQ regroupe près de 10 000 omnipraticiens, spécialistes, résidents et étudiants en médecine. Sa mission est de rassembler l'ensemble des membres de la profession médicale du Québec, dans un contexte de réflexion et d'action, afin d'améliorer les conditions de pratique de la médecine et la santé de la population québécoise.

Renseignements :
Mélissa Bourgoin
Coordonnatrice aux affaires professionnelles
Association médicale du Québec
514-866-0660