Au ministre d’agir maintenant (Communiqué)

Montréal, le 11 mai 2016 – Avec le dépôt de l’extrait du rapport de la vérificatrice générale du Québec, le témoignage de la protectrice du citoyen en commission parlementaire et la confirmation que la ministre fédérale de la Santé allait appliquer le Loi canadienne sur la santé en regard des frais accessoires, il devient clair que le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec doit agir maintenant.

L’Association médicale du Québec (AMQ) est satisfaite des conclusions de la vérificatrice générale en regard des frais accessoires. Les problèmes d’encadrement, la situation ambiguë, le manque d’outils d’évaluation des coûts et l’absence de vision sont tous des éléments aujourd’hui pointés du doigt, mais qui faisaient déjà partie des conclusions du rapport Chicoine en 2007.

Le ministre doit, comme le recommandent l’AMQ et la vérificatrice générale, apprécier les coûts de fonctionnement des cliniques, déterminer le financement à accorder et considérer celui déjà versé.

« Les récents événements et ce rapport viennent confirmer ce que nous disons depuis des années, à savoir qu’il faut un cadre juridique adéquat, une négociation appropriée et une couverture suffisante des frais afférents, de dire Dre Yun Jen, présidente de l’AMQ. Ceci dit, le ministre doit agir rapidement afin de régler la situation, à la fois pour les patients et pour les médecins. Il en va du respect du principe d’universalité ».

L’AMQ s’est toujours opposée à une facturation directe aux patients pour des services assurés dans le cadre d’un système universel de soins de santé. Elle est persuadée qu’en s’attaquant aux phénomènes du surdiagnostic, du surtraitement et à la surmédicalisation, le gouvernement du Québec parviendrait à dégager annuellement plus de 3 milliards de dollars, bien plus que les 50  millions de dollars en lien avec les frais accessoires. La présidente de l’AMQ présentera d’ailleurs un témoignage à cet effet lors de la commission parlementaire tenue ce jeudi, au sujet du projet de loi no 92.

À propos de l'AMQ

L'AMQ regroupe près de 10 000 omnipraticiens, spécialistes, résidents et étudiants en médecine. Sa mission est de rassembler l'ensemble de la profession médicale du Québec dans un contexte de réflexion et d'action au bénéfice de la santé de la population.