Partenariat AMC

partenariat amc

Adhésion AMQ-AMC

Grâce à un membership conjoint, tout membre de l’AMQ est également membre de l’Association médicale canadienne (AMC). Cette adhésion conjointe profère un accès direct à une foule de ressources cliniques, de ressources professionnelles, de produits financiers, d’événements, de formations en leadership médical et de réductions sur une large gamme de produits adaptés aux médecins.

Conseil général de l’AMC

Le membership conjoint AMQ-AMC permet aussi aux membres de l’AMQ de participer au conseil général de l’AMC, une large consultation nationale à laquelle sont invités à participer tous les médecins membres d’un océan à l’autre. Qualifié de parlement canadien de la médecine, il s’agit d’une occasion particulière pour les délégations des associations médicales provinciales et territoriales canadiennes d’échanger et de débattre des motions traitant des dossiers qui font évoluer la médecine au Canada.

Très active dans le cadre de ces conseils généraux, l’AMQ dépose et débat des motions qui représentent les préoccupations des médecins québécois et qui font évoluer la réflexion de leurs homologues des autres provinces et territoires sur ces questions. Vous retrouverez, ici, les dernières motions proposées par l’AMQ et adoptées dans le cadre du conseil général de l’AMC.

Motions - 2015

Motions - 2014

Motions – 2013

Motions - 2012

Motions - 2011

Motions – 2010

 

Dr Laurent Marcoux, président désigné de l’AMC pour 2016

dr laurent marcoux sm

 

 

 

 

 

 

 

 

Engagements du Dr Laurent Marcoux

L'Association Médicale du Canada (AMC) a été fondée ici, au Québec, en 1867, par un groupe de leaders médicaux qui souhaitaient donner à la profession médicale une voix politique forte pour défendre les besoins des Canadiens en matière de santé et leur offrir des soins de grande qualité.

En 2017, nous célébrerons dans la ville de Québec, qui a vu naître l’AMC, le 150e anniversaire du leadership d’une association maintenant pancanadienne. Un leadership qui ne s'est jamais démenti et qui a contribué à lui donner une réputation inégalée. Ce sera notre privilège de recevoir nos collègues du Canada.

Une belle occasion de présenter au reste du Canada les réussites qui font l'excellence de la médecine québécoise. Une médecine qui s'est avantageusement illustrée au cours de ces 150 dernières années, entre autres par le truchement de découvertes scientifiques déterminantes ainsi que par l’attention et le dévouement professionnel apportés à la mise en place de soins de qualité pour tous les habitants de notre province. Une excellence toute québécoise qui a eu des retombées non seulement au pays, mais aussi à l’international, quelque soient les conditions économiques, culturelles ou sociales des États concernés.

C'est mon engagement à titre de président désigné de représenter avec dignité et honneur non seulement les 22 500 médecins du Québec, mais également les 80 000 membres de l'AMC. Au cours de cette année d'anniversaire, je m'engage d’abord à faire de ma présidence un mandat de réflexion sur le chemin parcouru. Mais surtout, je souhaite prendre position pour un engagement renouvelé de notre profession à desservir avec professionnalisme tous nos concitoyens en tenant compte des  nouvelles réalités sociales, sans oublier de mettre à profit les moyens technologiques disponibles.

Avec le soutien de ces nouvelles technologies, nous pouvons mobiliser positivement les compétences des autres professionnels de la santé dans un souci de collaboration inégalé auparavant. Tous ensembles, nous pouvons proposer une offre de service qui répondra aux besoins en santé et bien-être de tous les Canadiens, de façon efficace et efficiente.

Je souhaite par ailleurs que notre réflexion soit soutenue et défendue par les plus jeunes membres de notre profession. Les étudiants en médecine et les jeunes médecins formés dans un contexte technologique et social moderne ont des choses à nous dire. Ils ont des idées nouvelles et des ambitions quant à l'avenir de la profession. Profitons de cet anniversaire, de ce point de rencontre entre le passé et le futur, pour leur permettre de s’exprimer de manière à pouvoir développer avec eux les bases d’une profession renouvelée où la compétence, l'autogestion responsable et la préséance des intérêts de nos patients demeureront nos objectifs communs.

Sous ma présidence, j’ai l’intention de démontrer à tous nos concitoyens que la médecine est bien plus qu’une profession pratiquée par des personnes dévouées. Elle est et restera une vocation que nous porterons plus loin et avec le même objectif : offrir des services et des soins de santé pertinents et de grande qualité pour le mieux être de tous.

À titre de futur président désigné de l’Association médicale canadienne, je convie tous les médecins canadiens à unir leur voix sous la bannière de l’AMC afin que nous puissions, ensemble, poursuivre notre leadership sur le plan national avec force et crédibilité, pour le bénéfice de la profession et de tous nos patients. 

Le médecin

Originaire de Saint-Ferdinand d’Halifax, dans la région des Bois-Francs, Dr Laurent Marcoux obtient son doctorat en médecine de famille de l’Université Laval en 1973. Il entreprend sa pratique en milieu rural à Saint-Denis-sur-Richelieu, ainsi qu’en établissement de courte durée à Saint-Hyacinthe jusqu’en 2000. Il obtient une maîtrise en Administration de la Santé de l’Université de Montréal la même année.

Du début de sa carrière à aujourd’hui, Dr Marcoux a été un pionnier dans sa communauté et promoteur des modes d’organisations novatrices en première ligne. Fondateur du Centre médical multidisciplinaire Saint-Denis en 1976 et gestionnaire de celui-ci durant 32 ans, il fonde le Centre radiologique Saint-Denis-sur-Richelieu. Il œuvre à différentes instances médico-administratives tant sur le plan local que régional et provincial : chef du département clinique de médecine générale de son établissement, président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP), président du conseil d’administration de son établissement de santé régional (hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe) durant cinq ans, président de la première Commission médicale régionale de la Montérégie, membre du Conseil médical du Québec, chef du département régional de médecine générale (DRMG) Montérégie, ainsi que de plusieurs comités ministériels.

Titulaire d’une maîtrise en Administration de la Santé, Dr Marcoux occupe plusieurs postes de gestion. De 2009 à 2012, il est membre du conseil d’administration de l’Association des Conseils des médecins, dentistes et pharmaciens du Québec (ACMDPQ). De 2008 à 2011, il agit à titre de directeur des services professionnels et des affaires médicales au CSSS Jardins-Roussillon de Châteauguay et, depuis 2011, il occupe les fonctions de directeur des services professionnels et affaires médicales du Conseil Cri de la Santé et des Services Sociaux de la Baie James  (CCSSSBJ), territoire de la Nation autochtone des Cris de la Baie James.

L'homme engagé socialement

Dr Marcoux est très engagé socialement. Profondément investi dans sa communauté, il cofonde en 1980 le Club optimiste Saint-Denis et crée les Ensembles musicaux du Mont Saint-Hilaire en 1992, deux organismes qui œuvrent principalement auprès des jeunes.

Depuis 2013, Dr Marcoux est engagé dans un projet d’accès à la propriété pour les familles économiquement défavorisées de la région de Zihuatanejo, au Mexique.

Le président de l'AMQ - 2013-2015

Homme d’action, Dr Marcoux est très engagé au sein de l’Association médicale du Québec. Membre du conseil d’administration depuis 2011, il prend la relève de Dre Ruth Vander Stelt, occupe le poste de président du conseil de 2013 à 2015 et impose son style dès le début de son mandat. Pendant ces deux années, l’AMQ prend la place qui lui revient sur l’échiquier du réseau de la santé québécois.

Dr Marcoux représente fièrement les quelque 10 000 membres de l’AMQ à titre de porte-parole et positionne l’organisation dans les grands dossiers de l’heure.

Surdiagnostic

Prenant le relais de Dre Vander Stelt dans plusieurs enjeux défendus par l’AMQ, le dossier du surdiagnostic est sans contredit l’accomplissement le plus important de Dr Marcoux à la tête de l’AMQ. À la suite d’une participation remarquée de la délégation québécoise, organisée par l’AMQ, à la 1ère Conférence internationale sur le surdiagnostic au New Hampshire, l’Association organise en 2013 le 1er Symposium québécois sur le surdiagnostic. Par la suite, l’AMQ rend public le plan d’action découlant des travaux et discussions de participants au symposium et devient le pendant francophone de la campagne nationale de Choosing Wisely, avec le lancement de Choisir avec soin.

Les travaux de l’AMQ sur l’enjeu du surdiagnostic ne passent pas inaperçus. L’association atteint des sommets historiques de couverture médias en plus d’asseoir sa crédibilité à l’international. Les résultats des travaux de l’AMQ font non seulement fait l’objet d’un dossier dans le magazine québécois L’Actualité, mais ils débordent également des frontières du Québec pour être entendus dans le cadre de conférences internationales (Oxford et Athènes). Même le prestigieux British Medical Journal fait référence à ces travaux. Tout cet écho dans le monde scientifique et médical international permet à l’AMQ de devenir l’hôte de la 4e édition de la 4e Conférence internationale sur le surdiagnostic, qui se tiendra à Québec en 2017.

Le dossier continue de progresser. Plusieurs comités de pertinence voient le jour dans les cliniques et des établissements de santé. L’AMQ est invitée à participer à la création de ces comités à titre d’expert.

Projets de loi no 10 et no 20

En réponse au dépôt des projets de loi no 10 et no 20, l’AMQ, sous la présidence de Dr Marcoux, fait part de ses recommandations au Commission de la santé et des services sociaux en déposant deux mémoires et en comparaissant en commission parlementaire. Ces deux lois, qui avaient pour but de modifier l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux, mais aussi de favoriser l’accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée ainsi que de modifier diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée, demeurent toujours au centre des sujets d’actualité. Les sorties publiques de Dr Marcoux offrent à l’AMQ une visibilité importante et affirment à nouveau la crédibilité et le leadership médical de l’association sur le plan politique provincial. À noter que l’AMQ et l’AMC comparaissent ensemble, pour la première fois de leur histoire respective, en commission parlementaire.

Professionnalisme et contrat social

De tout temps, la profession médicale a bénéficié d’un capital de sympathie et de respect très important de la part de la population en général et des autres professions. Cependant, des changements importants survenus dans l’environnement médical au cours des dernières années ont provoqué des modifications en profondeur du rôle des professionnels de la santé, incluant les médecins. Certains événements controversés ont également fait l’objet d’une couverture médiatique qui a contribué à détériorer l’image de la profession médicale auprès du grand public. Sous la présidence de Dr Marcoux, l’AMQ choisit d’entreprendre une réflexion profonde et fondamentale sur l’avenir de la profession médicale et sur son rapport avec l’ensemble de la société. Dans le cadre de son 17e congrès annuel, l’association attire des sommités nationales et mondiales reconnues pour leurs travaux sur le professionnalisme et le secteur médical afin de développer une nouvelle approche et de sensibiliser la profession médicale à la nécessité de respecter le contrat social qui l’unit à la société. En étant la première association à se pencher sur le sujet, l’AMQ confirme sa position de leader dans le réseau de la santé et de groupe d’avant-garde au Québec et au Canada.

Mourir dans la dignité

L’AMQ participe en 2013 des consultations particulières et auditions publiques relatives au mandat sur la question du droit de mourir dans la dignité de l’Assemblée nationale. En plus du dépôt d’un mémoire, Dr Marcoux comparait en commission parlementaire et présente les recommandations de l’AMQ sur le dossier. Il poursuit son engagement dans le dossier tout au long de son mandat de président en faisant défendant la position de l’AMQ sur les différentes tribunes médiatiques. Ce faisant, l’AMQ est encore aujourd’hui au cœur des débats professionnels et de société sur la thématique de l’aide médicale à mourir et les soins de fin de vie. L’expérience acquise au niveau provincial par le Dr Marcoux peut servir le reste du Canada dans cet enjeu qui continue à faire couler de l’encre.